Les colonies de vacances et les photos pour des souvenirs inoubliables

C’est le témoignage de Sylvain Stienon, directeur de colonies de vacances que nous  avons le plaisir de recueillir aujourd’hui. Il nous parle de son expérience et de ses constats dans la relation entre les jeunes qu’il encadre et le principe des photos souvenirs. Sylvain c’est à vous…

Merci !

 

Je suis directeur de colonies de vacances et je vois depuis toutes ces années le rapport entre les jeunes et les photos toujours aussi importants même s’il évolue.
Si l’adolescent va préférer le selfie entre amis plutôt que la photo de l’église du centre-ville, il n’empêche qu’il mitraille partout où il vit, et de plus en plus, de son arme la plus redoutable : Son smartphone. Et si tous ces souvenirs pouvaient revivre dans un album ?

colo-ados-photos

Les habitudes des jeunes en colonie de vacances

Tous les parents et  les animateurs le confirmeront, l’ado vit avec son smartphone. Selon les jeunes, on peut frôler la centaine de photos par jour, surtout en colonie de vacances. Ces photos servent à raconter, à montrer, mais pas seulement un paysage. Ce n’est pas seulement un souvenir, c’est un partage. Les jeunes ont modifié l’usage de la photo. Elle raconte, partage une émotion, un instant, une amitié, un ennui, une blague.

La facilité qu’on a aujourd’hui de prendre une photo, de ne pas la payer, de l’effacer, de la partager sur les réseaux sociaux, et d’avoir des réactions immédiates de l’autre bout du monde, a transformé l’idée qu’on se fait de la photo. Et je pense que c’est intéressant. L’image parle bien plus qu’une description, elle est immédiate, instantanée, elle transmet. C’est un média. Un des médias préférés de la jeunesse.

Je ne trouve pas que les adolescents délaissent le côté artistique de la photographie. Je rencontre beaucoup de jeunes qui vont essayer de capter le soleil derrière un lampadaire, ou modifier une photo en noir et blanc pour exprimer une émotion…  Presque tous les jeunes ont une application de retouches d’images sur leurs smartphones. Même les réseaux sociaux en intègrent (SnapChat, Instagram…).

L’utilisation des photos souvenirs

Le seul regret que j’ai est celui du classement. Les jeunes traitent la photo immédiatement et l’abandonnent ensuite. Il est très rare que la photo resurgisse quelques mois, quelques années après. Elle est noyée dans les milliers de photos que personne n’a classées, et qui n’intéressent plus. Rares sont les jeunes qui en feront une vidéo, ou un album photo

J’essaye donc d’accompagner les jeunes à classer, à montrer l’importance que pourrait avoir un selfie, une photo qui capte une amitié, une photo artistique, dans 5 ans, dans 20 ans. Mais c’est difficile.

Je pense que d’offrir un album à un adolescent qui part en colonie de vacances pourrait l’inciter à faire ce travail de tri, et ainsi lui permettre de raconter une histoire avec ses photos, et de lui permettre de se créer un souvenir pour toujours. Je pense que ça doit venir des parents, des grands-parents, car ils savent eux ce que représente un souvenir, la jeunesse, l’insouciance.

 L’importance de la photo aujourd’hui, dans une colonie de vacances

Nous le voyons bien sur notre site internet. La photo, l’image est prioritaire par rapport au texte, à l’explication. Les jeunes, mais aussi leurs parents captent par l’image une ambiance, une couleur, une relation, le fond de notre projet. Le site internet d’Evasoleil comporte des centaines d’images des colonies passées classées par séjours et la galerie photo est extrêmement visitée. La photo permet de se projeter, d’imaginer de s’imaginer.

Nous utilisons la photo aussi dans les blogs qui s’adressent aux parents pendant les séjours de leurs enfants. Et les parents nous demandent très rapidement, après le retour de leurs enfants, de pouvoir avoir accès aux photos de ses vacances. Et sur ce sujet, la quantité participe à la qualité. Plus il y’en a, mieux c’est, car on va pouvoir capter, rapporter, revivre tel ou tel instant dont on parlait, se rappeler de ce moment ou de celui-là.
Nous avons fait le choix de mettre en ligne plus de 1000 photos du dernier été. C’est peu pour certaines familles… Mais que vont devenir ces souvenirs, ces instants immortalisés s’ils ne sont pas rangés soigneusement pour être revus un jour ?